Communiqué de presse – source: SADC des Laurentides

C’est avec enthousiasme que le regroupement des trois SADC/CAE des Laurentides, sous l’égide du nouvel organisme Synergie économique Laurentides (SEL), vous confirme le départ du grand projet de symbiose industrielle à l’échelle de la région administrative des Laurentides.

Une symbiose industrielle est un réseau d’entreprises et de collectivités maillées entre elles par des synergies de matières résiduelles, d’énergie et de ressources mis en place sur un territoire. La symbiose, c’est aussi des échanges de capacité et d’expertise.

SEL pilotera cette démarche en partenariat avec le Centre de Transfert Technologique en Écologie Industrielle (CTTÉI) qui détient une expertise reconnue dans ce domaine.

Des échanges profitables!

La mise en place d’un tel système permettra d’améliorer la performance environnementale, économique et sociale des entreprises de la région en établissant un réseau dynamique d’échanges. De nouvelles entreprises complémentaires pourraient également se greffer au tissu actuel pour bonifier les filières existantes.

Les retombées potentielles d’une démarche de symbioses sont nombreuses, tant pour les entreprises que pour le territoire :

Réduction du coût d’élimination des déchets

  • Amélioration de la performance environnementale et de l’image corporative
  • Meilleure valeur ajoutée des matières résiduelles
  • Gestion de proximité des matières et limitation des frais de transport
  • Économies d’échelle par la gestion commune de matières générées par plusieurs entreprises
  • Création de nouveaux liens et d’occasions d’affaires entre les entreprises de la région

Ensemble vers une région plus prospère

Le projet symbiose industrielle s’adresse à toutes les entreprises de la région des Laurentides qui souhaitent échanger des matières résiduelles, de l’énergie ou des ressources, et ce, dans un rayon de proximité. Le succès et la pérennité de la démarche reposent sur la participation des entreprises et la collaboration des parties prenantes à toutes les étapes du projet.

Les MRC : ambassadeurs d’importance!

En raison de leurs responsabilités à gérer un Plan de gestion des matières résiduelles (PGMR) sur leur territoire respectif, les huit MRC des Laurentides sont d’amblée des actrices de première ligne dans les parties prenantes de la démarche de symbiose. Non seulement les MRC sont invitées à participer financièrement au projet, mais aussi à collaborer étroitement à la réalisation de diverses actions prioritaires dans les limites de leur territoire.

Notamment, SEL à souligne fièrement le soutien des MRC Argenteuil, des Laurentides et Antoine-Labelle qui se sont engagées formellement dans ce projet porteur pour la région.

Les prochaines étapes

Une cueillette d’informations sur les flux entrants/sortants de matière et d’énergie, voire de connaissances, sera effectuée auprès d’un noyau d’entreprises, caractérisant ainsi le territoire et son tissu économique. Le but est d’identifier des synergies potentielles et des occasions de nouveaux développements. Cette première étape, qui mènera à la concrétisation du projet global, prévoit être réalisée au courant de l’été 2016.

Par la suite, des stratégies d’approches seront développées prioritairement avec les MRC participantes, pour répondre aux besoins du milieu et des PGMR, par l’entremise d’un accompagnement personnalisé à chaque entreprise.

Pour toute question ou pour manifester votre intérêt à participer au projet de symbiose industrielle, contactez Karine Bourgeois, conseillère en développement durable et coordonnatrice du projet de Symbiose Industrielle au 450-229-3001 #27 ou par courriel à kbourgeois@sadclaurentides.org.